La ZAC en question – réponse

Toujours à propos de la ZAC.
Certains, pour ne pas dire tous nos opposants, proposent de sortir de la ZAC. C’est leur choix, mais attention à ce que cela pourrait entraîner.
Sur le plan foncier, 46 000 m² soit près de 5 hectares, retomberaient dans le domaine privé que de nombreux promoteurs se proposeront d’acquérir pour y réaliser, non pas une ZAC, mais des programmes bien à eux, non « concertables » (gare au PLU de 2012 !).
Nous avons gelé cette zone dès 2015 par une modification du PLU justement pour empêcher cela.

Car il ne faut pas brosser un tableau utopique, ce que permet l’actuel PLU, sans ZAC c’est encore plus de constructions et en bien moins de 9 ans !
Ce sont des équipements publics indispensables qu’il faudra financer en totalité « foncier plus bâti » dont une école d’au moins six classes avec réfectoire, etc.
Ce sont des réseaux publics à dimensionner aux frais exclusif de la ville (eaux usées, voiries, pluviales, etc…)
Ce sont des logements style loi Pinel en nombre, avec la part sociale réduite au strict 30 % ne permettant pas de rattraper le taux obligatoire de 25% et donc des amendes loi SRU en augmentation.
C’est le logement handicapé, le logement jeunes ménages, le logement personnes âgés, la mixité sociale et générationnelle laissée au libre choix de la promotion. En fait c’est très loin d’un aménagement concerté.

Nous vous rappelons que c’est un bailleur social qui a été choisi à l’unanimité des membres de la commission ad hoc (incluant nos opposants) pour conduire la ZAC, gage de prise en compte des éléments cités plus avant.
Dire que la ZAC coûtera à la ville 8 500 000 euros sans préciser que cela représente moins de 900 K€ par an, soit 15 % à peine de nos capacités d’investissements annuels et que cela financera la modernisation des réseaux de tous types hors ZAC, l’agrandissement des écoles et des locaux publics que de toute façon il faudra financer, c’est agiter un chiffon rouge pour effrayer sans raison autre qu’électorale, crier au loup sans raison autre qu’électorale, et au bout du bout prendre l’électeur pour un idiot !.

Mais c’est bien sûr vous qui déciderez dimanche.